Le clown n’œuvre pas sans la lumière, du soleil ou du projecteur. Il est là pour être vu. Habillé et nu. Qu’importe le costume qu’il endosse, il est dans la nudité d’une présence solitaire. Il est. Seul. Même s’il est avec un autre ! Et avec son ombre. Elle ne le quitte jamais…là où il va, elle y est… Il peut en jouer, la chasser, l’embrasser, en rire, s’en moquer…elle est…indéfectible, collante, rampante….Elle est ce qu’il ne veut pas être, ou ce qu’il voudrait être, et qui sans cesse s’impose à lui…

Ce qu’il ressent, elle le ressent…. ce qu’elle ressent, le public le ressent…car les ombres parlent sans rien dire, bougent sans intention propre….

On pourrait croire qu’un clown est lourd de son fardeau, de sa joie, de sa peine… non le clown est lourd du fardeau, de la joie, de la peine qu’il y a dans son ombre… c’est sa besace, sa boite à secrets, ses tiroirs sans fonds…..

Le clown est inséparable de son ombre extérieure et son ombre est inséparable de ses mystères intérieurs. Qu’il soit couvert de paillettes ou de hardes chiffonnées, son ombre est toujours noire et…vide…, vide et remplie de son « in-conscient » et c’est peut-être ce vide noire et inconscient qui « agit » qui « l’agit », le mouvemente, le chahute, le dilate….Allez donc savoir, qui de l’ombre ou du personnage agit l’autre.

Il vous sera proposer de ne pas fuir cette ombre, de l’attendre pied à pied, nez à nez…..

Elle voudra se défiler, vous défier, vous dévier…elle a plus d’un tour dans son sac…Vous pourrez vous y perdre…Mais vous pouvez aussi y trouver ce que vous ne cherchiez plus ou pas…

Stage du 24 au 29 juillet 2021, à Romans sur Isère (Drôme), ouvert à tous, débutants, moins débutants, plus confirmés ; plus d’infos ? c’est par là !

« Si chaque jour tombe dans chaque nuit il existe un puits où la clarté se trouve enclose. Il faut s’asseoir sur la margelle du puits de l’ombre pour y pêcher avec patience la lumière qui s’y perdit. » Pablo Néruda